Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de topotore
  • : Les mots invitent à leur traduction afin d'entrevoir sur le mode singulier de chacun cet "au-delà de la langue" si étonnant. La poésie illumine cette frontière.
  • Contact

Recherche

8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 06:52

Ode au soupire qui suit la tension, au soupire qui ne dit rien mais parle fort, au soupire qui invite au relâchement et s'y engage en même temps. Le repos qui suit pousse au nouveau soupire duquel naît le soulagement.

Étouffer chacun des soupires pendant les heures de travail, tant l'usage veut qu'un bonheur en découle, se mutiler de l'expression nous coûte et les colères non exprimées s'accumulent dans notre chair. Le cou devient raide, les muscles s'encrassent de toxines encombrantes, les articulations se reserrent, le corps tout entier se fatigue.

La fin d'une journée travaillée cherche l'alternative au stress et la quiétude réparatrice.


Ode au sourire qui suit le regard, au sourire qui dit tant sans énoncer, au sourire qui détend et enveloppe chaleureusement. Le silence invité pousse au second sourire d'où s'échappe la pudeur. La pudeur à sourire parce qu'il témoigne d'un moment lumineux, même au travail où ces temps sont précieux, indispensables. Qu'il serait triste de ne plus sourire !

Le temps s'étire dans le sourire et il se pourrait que dans le tien il se perde en éternité.

Souris encore, ma belle, et illumine ton cœur comme tu enchantes ceux qui t'entourent.

Partager cet article
Repost0

commentaires