Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de topotore
  • : Les mots invitent à leur traduction afin d'entrevoir sur le mode singulier de chacun cet "au-delà de la langue" si étonnant. La poésie illumine cette frontière.
  • Contact

Recherche

13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 22:00

Symphonie d’une nuit tourmentée

 

Tout dormait, comme si l’univers entier était une erreur ; et le vent qui flottait, incertain, était une bannière informe déployée sur une caserne inexistante.

On sentait s’effilocher du rien du tout dans l’air bruyant des hauteurs, et les châssis des fenêtres secouaient les vitres pour qu’on entende bien vibrer les bords. Au fond de tout, muette, la nuit était le tombeau du monde ( l’âme s’emplissait de compassion pour lui ) .

Et soudain – un nouvel ordre de l’univers agissait sur la ville – le vent sifflait dans un intervalle de vent, et on avait une idée endormie de mouvements tumultueux dans les hauteurs. Ensuite la nuit se refermait comme une trappe, et une grande quiétude vous donnait envie d’avoir dormi.

 

Ce court fragment fait la démonstration en quelques mots de tout le talent de l'auteur. Il m'a emporté dès la première phrase. Le voyage de l'esprit se fait d'autant plus saillant que les mots choisis sont extraits du plus simple mouvement de la langue.

Ce n'est pourtant qu'une traduction depuis le portugais, mais quelle traduction !

Oxymores et métaphores se déplient en cascades pour nous faire errer dans le lointain jusqu'au détail d'un présent vivant, ce qui nous étire tout le long de sa poétique impression, comme pour la partager intimement.

Partager cet article
Repost0

commentaires